Une autre figure du Maroc

21 Avr

Lire Zouzaf

Par Mohamed Kheir -Eddine

normal_Mohammed%20Khair-Eddine%202.jpg
Mohammed Kheir Edine le poète

Zouzaf est l’un des grands artistes peintres et plasticiens dont il est agréable de regarder les œuvres.

Quel chatoiement et quel luxe de détails ! Chaque tableau induit une musicalité et une scripturalité superbe. Mais il y a là un art venu des profondeurs de la tradition berbéro – africaine.

Quelques élémentarités à jamais perdues : écriture très ancienne et que l’artiste Zouzaf a réussi à moderniser avec un talent digne des meilleurs maîtres de la picturalité contemporaine. Je parle d’un Paul Klee ou d’un Kandinsky… et de beaucoup d’autres qui ont agencé et la couleur et le sens des symboles. Exactitude, précision du trait et de la forme, tout concourt dans ce beau travail à magnifier l’opulence d’un vieux savoir dont seules quelques notes nous parviennent. Sonorité féminisante. C’est le bruit des fonds des âges qui sort de ces tableaux exemplaires.

Et ce bruit de fond n’est rien de moins qu’une mouvance, l’agitation d’êtres ayant vécus dans d’autres univers et dont Zouzaf peint les formes, délicates,  avec application et une tendresse infinie. Nous les voyons évoluer sur toute la surface du tableau. Tous ont des tons et des rayonnances différents…et chacun parle sa propre langue.

DSCN0138_1.JPG
Oeuvre du peintre Mohamed Zouzaf

Je pense que cette parabole est très ancienne, mais elle est également la symbolique de notre propre monde. Ce monde si agité où nous évoluons sans trop bien savoir ce que nous faisons, ni où nous allons. Vaste Saga, s’il en est, mais cette saga s’équilibre d’elle-même ; elle est le reflet du comportement de cette humanité en pleine déréliction.

Nous voyons donc que l’artiste, le pur créateur ne se contente pas seulement d’assembler des formes vides, il les fait vivre, leur donne pleine possession d’elles-mêmes, de leur valeur particulière, il assume son rôle de créateur en  les libérant et en s’en libérant lui-même. La célérité des mouvements que combine l’œuvre dans sa globalité est telle qu’elle implique des tensions historiennes bien déterminées. On peut y voir, en quelque sorte, des tranches périodiques et y lire une pensée autre, en dépit de cet hermétisme dont on croit qu’elle se couvre.

Ici, rien n’est occulté au profit d’une démesure ou d’une débauche que beaucoup semblent préférer à une véritable précision qui est seule capable d’alerter notre intelligence des choses de l’Art.

DSCN0139_1.JPG

La texture même des œuvres de Zouzaf est matériellement chaude, en conséquence, elle est vive. Cet artiste peu commun travaille carrément sur du parchemin… et lorsqu’on observe certains de ses tableaux, on a l’impression d’ouvrir de véritables grimoires. Une bibliothèque secrète ? Un grand esprit à la fois traditionnel et moderne ? Zouzaf est tout cela en même temps.

DSCN0093_1.JPG

Nous avons traité précisément, en prolégomènes, de la spécificité, oh combien particulière, de la symbolique partout incluse dans l’œuvre de Zouzaf. Nous avons dit aussi que cette symbolique provient d’une historicité dont les soubassements remontent aux premiers balbutiements du langage humain.

On découvre chez cet artiste original des critères et des paramètres scripturaux extrêmement anciens qui sont l’amplitude des premières écritures dont les premiers hommes civilisés se sont servis pour communiquer entre eux et pour mieux analyser leur environnement. En effet, lorsqu’on regarde attentivement les compositions de Zouzaf , l’on remarque d’emblée une suite de personnages tout droit sortis des hiéroglyphes … et ils sont tellement imbriqués dans un sens, dans un mouvement équilibré qu’ils se transforment miraculeusement en un texte parfaitement lisible.

DSCN0133 copie 1.JPG

Ces personnages sont identiques à ceux décrits soit par les bas ou hauts-reliefs, soit dans les textes historiques. Ils composent une mosaïque qui n’en finit pas de nous charmer, car ces êtres infimes ont des attitudes caractéristiques d’un passé toujours présent dans nos mémoires. Ils nous font revivre, grâce au travail minutieux  de l’artiste, des époques dont nous savions rien d’autre que ce que les annales ont en dit.

Ceci ressemble donc étrangement à un rêve remémoré par un acte pictural inspiré. C’est bien ce qui donne à Zouzaf l’envergure des grands peintres visionnaires et c’est pourquoi il ne s’est jamais contenté de tracer des calligraphies ordinaires, étant beaucoup plus proche au sens réel du monde que ces traces, fussent-elles impeccables, dont usent et abusent certains qui pensent que l’Art n’est rien de plus qu’un assemblage de traits convenablement agencés.

normal_Mohammed%20Khair-Eddine22.jpg
Mohamed Kheir Eddine

Il y a ici, comme nous l’avons suggéré plus haut, un sens évident de la problématique de la modernité. Toutes les modalités y afférant s’y retrouvent, groupées en équations colorielles distinctes. Les surréalistes ont, en leur temps, approché cette recherche qui consiste à déterminer l’inclusion du rêve dans l’exiguïté d’une existence étriquée. Ils avaient donc réussi à décentrer l’effet de l’instantanéité en opérant à partir de l’onirisme, mais ils n’ont pas répondu à la demande de la conscience – car c’était le rêve, l’inconscient qui les régissait.
Il est vrai toutefois qu’ils ont cru et fait de la modernité leur propre spécificité, à savoir un crédo prépondérant. Mais ils n’avaient pas d’assises autrement que celles que leur inspira l’art négro-africain qu’ils ont tout de suite pris en charge et dont ils ont découvert les vertus récurrentes. Chez Zouzaf, en revanche, il y a véritablement une assise, une tradition, car son art procède de sa propre ancestralité.

C’est tout un univers génétique qui est représenté dans sa globalité – et ses lignes, ses linéaments vifs sont ce qu’il convient d’appeler un chapelet historien – celui de la mémoire sudique.

Essaouira, le 10 mai 1994

Mohamed Khaïr -Eddine : « Connaissance de l’écriture picturale »

In :  El Bayane, 27 et 31 mai 1994

DSCN0135_1.JPG
Z20.JPG

Mohamed Zouzaf

E-mail : zouzafart638@gmail.com
GSM : 06.66.01.40.65
DSCN0120_1.JPG
Publicités

Une Réponse to “Une autre figure du Maroc”

  1. nauzikaa août 13, 2010 à 11:10 #

    c’est un article écrit et illustré par Abdelkader Mana. Je soutiens son parcours de poète, d’homme honnête et curieux de l’autre, d’une ouverture d’esprit exceptionnelle.
    Merci Gilles, amitiés

    http://rivagesdessaouira.hautetfort.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :